Chuckwalla épineux
- Sauromalus hispidus

Le Chuckwalla épineux c'est la deuxième plus grande espèce du genre Sauromalus (chuckwallas), pour atteindre 44 cm longueur du corps et 64 la couleur de la tête se répand sur la partie antérieure du corps
Chuckwalla épineux
Un lézard à collier commun, (Crotaphytus collaris) assis dans un Chuckwalla épineux (Sauromalus hispidus;) Reptilium Landau, Allemagne – H. Zelle, CC BY-SA 3.0, Via Wikimedia Commons

Content

Origine / Distribution

Le Chuckwalla épineux (Sauromalus hispidus) on le trouve dans les îles du nord-ouest du golfe de Californie (Mexique): Ange gardien, Granit, Mejia, Étang, Saint-Laurent Nord, South San Lorenzo et petits îlots de la baie de Los Angeles (Tête de cheval, La fenêtre, Pou, Flèche, Mitlan et Coronado). Ces îles rendent l'ouest frais et doux en hiver et chaud en été..

Caractéristiques / Apparence

Le Chuckwalla épineux c'est la deuxième plus grande espèce du genre Sauromalus (chuckwallas), pour atteindre 44 cm longueur du corps et 64 la couleur de la tête se répand sur la partie antérieure du corps, et pesant 1,4 kg. Il est considéré comme une espèce gigantesque, car il fait deux à trois fois la taille de ses homologues continentaux. Sa couleur de corps est un brun foncé avec des bandes transversales noires qui s'estompent en un solide brun foncé à noir à mesure que l'animal vieillit..

Habitat

La végétation est dominée par des plantes xérophiles. Caractéristique sont les grands cactus à cardons (Pachycereus pringlei) et le buissons de créosote (Larrea tridentata).

Le Chuckwalla épineux il est présent dans toutes les petites îles, mais préfère généralement le voisinage des zones rocheuses où les animaux trouvent leurs cachettes.

Cependant, en raison de l'influence de la mer, l'humidité est généralement plus élevée que dans les parties continentales du désert de Sonora et augmente fortement la nuit, avec des brumes matinales occasionnelles. Les températures extrêmes sont au minimum de 8 °C et un maximum de 43 C.

Comportement

Quand deux adultes se rencontrent, ils s'aplatissent parfois sur le côté et se menacent mutuellement avec des “On se bousculait” des iguanes et des mouvements de tête. Cependant, les animaux ne s'approchent pas et se déplacent vers un autre rocher après un court laps de temps.

L'absence générale de toute réaction de fuite envers les humains est également frappante..

Une fois la brume matinale dissipée (entre 8 et la 10 du matin), le Chuckwalla épineux apparaît sur les rochers pour se réchauffer au soleil. Après les premiers bains de soleil du matin, de nombreux animaux observés migrent vers le canyon, où ils se régalent de la culture des fraises.

Dans l'après-midi, il y a une deuxième phase d'activité, dans lequel de nombreux animaux retournent dans le canyon et y cherchent de la nourriture.

Menaces pour l`espèce

État de conservation ⓘ


Un danger> en danger ⓘ (UICN)ⓘ

Le Chuckwalla épineux (Sauromalus hispidus) a récemment été évalué par la Liste rouge de l'UICN des espèces menacées en 2018. Sauromalus hispidus est répertorié comme En danger selon le critère B1b

Le "Chuckwalla épineux" en captivité

Les îles de l'aire de répartition de la Chuckwalla épineux ont été protégés par le gouvernement mexicain par le décret du 2 au mois d'août 1978 comme “Réserve et refuge pour les oiseaux migrateurs et la faune sauvage”. De plus,, La législation mexicaine interdit en principe la capture de reptiles à des fins commerciales à partir de 1952.

La loi sur la protection de l'environnement 1988 établit en principe que le prélèvement de reptiles dans la nature à des fins commerciales est autorisé sous certaines conditions, mais jusqu'au 1993 au moins, il n'y avait pas de directives d'application pour cela, et le gouvernement mexicain n'avait délivré aucun permis pour la Basse-Californie ou les îles du golfe de Californie.

Dans la décennie de 1970, le chuckwallas géants (principalement Sauromalus varius, mais aussi Sauromalus hispidus) ont été capturés pour le commerce des animaux de compagnie. MELLINK (1993) souligne que les activités de collecte illégales se poursuivent et que cela affecte également la Chuckwalla épineux. Tandis que le Sauromalus varius est inclus dans l'annexe I de la WA, Il n'existe pas de statut de protection internationale pour les Chuckwalla épineux (Sauromalus hispidus).

Il s'ensuit qu'au moins la plupart des chuckwallas géants circulant dans le commerce des terrariums doivent être des animaux récoltés illégalement.; cela s'applique à tous les animaux originaires de Basse-Californie ou des îles du golfe de Californie. Le Chuckwalla épineux (Sauromalus hispidus) il est rare dans le commerce international des animaux de compagnie, mais s'y présente régulièrement à des prix assez élevés comme le prétendent les chiots (en juillet 2001 l'espèce a été proposée par deux revendeurs en Allemagne). Aux États-Unis. le Chuckwalla épineux (Sauromalus hispidus) est entretenu et reproduit par au moins trois propriétaires privés.

Le terrarium

Chuckwalla épineux
Chuckwalla épineux – Reptilium Landau, Allemagne – H. Zelle, CC BY-SA 3.0, Via Wikimedia Commons

Les données indiquées ici sont celles correspondant à HEIKO WERNING, un éleveur de "Chuckwalla épineux"

Températures, éclairage, chauffage

Tous les animaux étaient toujours gardés ensemble dans le même terrarium.. Au départ, je les ai logés dans un terrarium de 150 x 200 x 200 cm (coincé dans un coin de l'appartement aux murs en diagonale, il n'a donc que des mesures moyennes), qui était allumé par un brûleur HQI de 150 W y luz naturel (un “mur de terrarium” c'était une fenêtre extérieure).

Le “mur de terrarium” c'était une fenêtre extérieure). un accent de 100 W, brille à une distance d'environ 30 cm sur une plate-forme de roche artificielle, servait d'île chaude. Une autre source de chaleur locale était le ballast de lampe HQI, qui était monté au sol et recouvert d'une plaque de métal. Dans les deux îlots de chaleur, les températures étaient 40-50 C, La température ambiante dans le terrarium variait entre 25 Oui 35 C, en fonction du point de mesure. En été, les températures pourraient dépasser (jusqu'à  environ 40 °C température ambiante), en automne et au printemps, ils étaient en dessous (jusqu'à  environ 20 °C température ambiante). La nuit, les valeurs ont chuté à température ambiante (normalement 18-22 C). La durée de l'éclairage artificiel était 14 heures quotidiennes constantes en dehors de la période de repos hivernal; la durée totale du jour variait tout au long de l'année en fonction des heures de clarté à Berlin en raison de la lumière extérieure. En hiver, les sources lumineuses artificielles ont été éteintes pendant une période de 8 a 12 semaines, de sorte que les valeurs chutent à température ambiante tout au long de la journée et que seule la lumière naturelle de l'extérieur éclaire le terrarium.

Mobilier et design

Le terrarium a été meublé avec des constructions de roche artificielle en polystyrène, qui ont été recouverts de colle à bois puis poncés. Les roches artificielles ainsi fabriquées se sont avérées assez résistantes., même aux puissantes griffes du chuckwallas. Plusieurs “fissures” vertical et horizontal dans la mousse de polystyrène servaient de cachette aux lézards, ce qu'ils utilisaient la nuit, parfois pendant la journée quand il faisait chaud en été et pour hiberner en automne et en hiver. Les fentes ont été conçues de manière à offrir un abri confortable aux animaux., mais en même temps ils offraient toujours des surfaces de contact d'en haut et d'en bas. Le sable disponible sur le marché a été utilisé comme substrat., et l'installation a été complétée par une grande branche grimpante qui remplissait presque la pièce et atteignait juste en dessous du projecteur HQI.

Dans 1999 je déménage, et comme le nouveau terrarium initialement destiné au chuckwallas n'a pas pu être achevé pour le moment, ils ont dû déménager dans une enceinte beaucoup plus petite. Ils sont maintenant conservés dans un terrarium de 150 x 70 x l00 cm, avec qui il avait déjà eu une bonne expérience dans l'entretien et l'élevage de chuckwallas communs (Sauromalus obesus BAIRD, 1859) (WERNING 1998) et que les animaux habitent encore aujourd'hui.

Deux lampes fluorescentes 60 W, un point de mire de 60 W brillant sur une plate-forme rocheuse artificielle à une distance de 30 cm, et lampe UV “Osram Ultra Vitalux” de 300 W, qui est monté sur le couvercle et brûle irrégulièrement une ou deux fois par jour pendant 1-4 heures à une distance d'environ 60 cm, servir d'éclairage. Ce terrarium est aussi majoritairement équipé de roches artificielles (en polystyrène et mousse polyuréthane, à nouveau peint avec de la colle à bois puis poncé). Les bordures et les panneaux de liège servent d'éléments structurels et de dissimulation supplémentaires. Le régime de température et d'éclairage est similaire à celui décrit ci-dessus, sauf qu'il n'y a pratiquement pas de lumière naturelle.

Le ténarium est arrosé à intervalles irréguliers la nuit.

L'eau est généralement disponible dans un petit bol. Les animaux n'ont jamais été observés en train de boire.

Alimentaire

Chuckwalla épineux
Photos de Sauromalus de | Depositphotos®

Selon le mode de vie herbivore, je nourris mon chuckwallas presque exclusivement avec des aliments végétaux. Ils sont nourris en moyenne trois à cinq fois par jour à volonté, c'est-à -dire, les animaux reçoivent la quantité de nourriture qu'ils mangent tout au long de la journée. L'ingrédient principal est la laitue, qui a une teneur en calcium très élevée par rapport aux autres laitues frisées. Dès le début., constitué entre 2/3 Oui 80% de la ration. Si cette laitue n'est pas disponible en saison, un mélange de laitue verte, laitue iceberg et autre laitue frisée (nom commercial “laitue mélangée”) servi comme aliment principal.

Ce régime de base est complété par d'autres aliments végétaux (principalement banane, concombre, tomate, Mouron, Apple, fraises, raisins, carottes); occasionnellement je propose aussi de la nourriture pour les animaux (jeunes souris, sauterelle, larves de zophoba). Les juvéniles n'acceptent toujours pas la nourriture animale; seulement à l'âge de 2-3 années ont montré pour la première fois un intérêt prudent. Le Sauromalus hispidus adultes à partir de cinq ans environ, en échange, ils se jettent sur tous les aliments proposés avec une grande avidité et les préfèrent nettement à tout type de nourriture végétale.

Les aliments pour plantes étaient généralement mélangés à un mélange de vitamines et de minéraux. Il n'y avait pas de dose exacte, mais ils se sont mélangés 1-2 ml de la préparation avec l'aliment vert dans environ trois repas sur quatre comme une valeur empirique bien testée de la prise en charge de la Dipsosaurus dorsalis et le Chuckwalla Sauromalus ater.

Je craignais de donner trop de vitamines aux animaux et réduisais l'ajout à toutes les une ou deux semaines, mais je leur ai aussi offert des coquilles d'œufs écrasées et des morceaux de seiche pour qu'ils puissent subvenir seuls à leurs besoins en calcium.. Après hivernage 1999/2000, symptômes clairs (boiterie des pattes arrière, légère déformation des os) a montré que trois des quatre juvéniles de 1997 souffrait d'une carence en calcium. Un examen diagnostique avec des rontographes a confirmé la suspicion. Deux animaux sont morts peu de temps après, l'un d'entre eux pourrait être sauvé avec l'administration de vitamine D par le vétérinaire. Blessure à la jambe arrière presque complètement guérie, l'animal retrouve une mobilité normale et ne montre que de légers changements de mouvement par rapport aux autres animaux. Depuis, l'animal a été nourri à nouveau avec un mélange de vitamines et de minéraux, comme décrit ci-dessus.

Accouplement

Chuckwalla épineux
Chuckwalla épineux – colombia.inaturalist.org

En hiver 1999/2000 les animaux ont hiberné de début décembre à début février. A partir d'avril 2000, les deux mâles adultes affichaient un comportement complètement différent. Ils se menacent plusieurs fois par jour en s'aplatissant sur le côté et en hochant la tête. Ils se tenaient face à face, penchés l'un vers l'autre, de sorte que les deux animaux formaient ensemble presque un cercle. après quelques hochements de tête, ils ont commencé à se frapper avec leurs queues. L'un ou l'autre des hommes s'est enfui, ou quelques coups de queue ont fait courir l'un des animaux vers l'autre et essayer de mordre, ce qui a partiellement réussi. Le deuxième mâle s'est alors enfui et a été poursuivi par le vainqueur à travers le ténarium pendant un certain temps., parfois pendant plusieurs minutes, jusqu'à ce qu'il la quitte finalement et que la situation se détende pendant un moment.

En mai, ces combats acharnés, qui dans deux cas a entraîné des morsures plus petites mais sanglantes, pouvait être vu presque toutes les heures. Cependant, pendant qu'ils se nourrissaient, les deux mâles continuaient à s'ignorer et se nourrissaient ensemble sans se déranger. Si le mâle supérieur se tenait directement devant la femelle adulte pendant la poursuite, il a quitté l'adversaire et a impressionné son partenaire en hochant la tête. Le 15.5.2001 l'accouplement a été observé. Il a eu lieu sur la plus haute plate-forme rocheuse dans le coin de la tenaria, éclairé par des projecteurs. Le mâle avait mordu le cou de la femelle à la manière typique des iguanes et poussé son cloaque sous celui de sa compagne.. Comme je ne suis arrivé que pendant la copulation, Je ne peux pas dire combien de temps ça a duré. Un 60 Quelques secondes plus tard, le mâle a abandonné la femelle et une grosse goutte de sperme de la femelle est sortie de son cloaque. Aucun accouplement n'a pu être observé, mais la rivalité entre les deux mâles est restée tout aussi intense jusqu'en juin, et il y a eu des affrontements répétés entre les deux jusqu'à l'hibernation. Dans 2001, en échange, seuls des combats très isolés sans attaques de morsures ont été observés entre les mâles.

Après l'accouplement observé, la femelle a montré un gros appétit et a rapidement gagné visiblement en taille corporelle.

Les œufs étaient visibles sous la peau lorsque l'animal était au repos.. Environ une semaine avant la ponte, la femelle a commencé à creuser à plusieurs endroits du dix-ario. Dans le ten-arium lui-même, il y a une cavité rocheuse artificielle en polystyrène (Quelques 15 x 30 x 15 cm), que j'ai maintenant rempli 2/3 avec du terreau humide. Le 14.06.2000 La femelle a pondu neuf œufs d'environ 40 x 22 mm. Il est resté dans la cavité pendant environ une journée. Plus tard, non seulement le puits d'œufs de la cavité était rempli de substrat, mais la femelle a poussé tout le substrat du terrarium sur la cavité artificielle, pour qu'il disparaisse finalement sous une montagne de substrat. Les œufs ont été retirés peu de temps après la ponte et placés dans une boîte en polystyrène transformée en incubateur., tel que décrit par WERNING (1995). Une fois les œufs retirés, la femelle a de nouveau gratté la cavité pour la refermer complètement. Pendant une semaine ou deux, semblait garder la cavité du nid et continuait à déplacer du matériel vers le haut de la montagne.

Le substrat d'incubation était du sable humide., avec lequel il avait déjà eu une bonne expérience de ponte dans la Chacahuala del Noroeste Sauromalus ater. J'ai ajusté l'humidité du substrat avec le “instinct sûr” que j'avais déjà acquis avec l'autre Chuckwallas. Le sable est humide mais pas mouillé, l'humidité atteint env. 90-95 % en raison de l'évaporation au-dessus de la source de chaleur dans la boîte à couvain. La moitié des œufs étaient enfouis dans le substrat. Aucune lumière n'entre dans l'incubateur sauf pendant les contrôles.

Au cours des quatre premières semaines, j'ai incubé à 30 °C, les autres 6,5 semaines à 32ºC. Un œuf est mort après environ quatre semaines sans raison apparente. Il semblait avoir soudainement perdu la tension; s'était ramolli et avait cédé. L'ouverture a montré qu'elle était fécondée. un autre œuf, après huit semaines d'incubation, aussi un peu effondré et était sans tension. Puis j'ai augmenté un peu l'humidité du substrat, l'œuf a récupéré après quelques jours et était à nouveau dodu et ferme.

Le 01.09.2000 les premiers œufs ont éclos. Le 03.09.2000 les huit chiots sont nés. La période d'incubation était, donc, de 80 a 83 jours. CARL & JONES (1979) sous forme de 94-99 jours à 29-31 température d'incubation °C. Dans mon cas, tous les jeunes animaux ont d'abord gratté l'œuf, d'où vient le clair. Quelques heures plus tard, ils ont sorti la tête de l'œuf, suivi du haut du corps après quelques heures de plus. Les chiots ont pris un 24 heures pour enfin éclore. Tous les nouveau-nés avaient encore un grand sac vitellin, qui ont été complètement réabsorbés au cours de la 48 heures suivantes. Pendant ce temps, je les ai laissés dans l'incubateur. Les chiots mesurés entre 5,5 Oui 6,1 cm. de longueur et entre les deux 10,1 Oui 12,3 cm. Donc, les nouveau-nés étaient beaucoup plus petits que ceux précédemment rapportés dans la littérature (CARL & JONES 1979: 7,2 cm, SYLBRE 1985: 7,1 cm). La taille des œufs est également restée inférieure aux valeurs de la littérature. (CARL & JONES 1979: 44 x 29 mm, SYLBRE 1985: 50 x 35 mm), la plus petite taille d'embrayage connue à ce jour a été donnée par CASE (1982) avec 14. Cependant, d'après le même auteur, la plus petite femelle connue à ce jour pour s'être reproduite, avec une longueur de 24 cm, était déjà considérablement plus grande que ma femelle avec 18 cm.

Reproduction

Les chiots nouveau-nés semblaient très faibles et bougeaient à peine, donc je craignais qu'ils ne soient pas viables. Une fois que le sac vitellin est complètement réabsorbé, Je les ai placés dans la salle d'élevage. En quelques minutes, ils ont applaudi, ils ont couru autour du réservoir, ils ont caressé tous les meubles et même grignoté un morceau de bois d'une racine.

Le terrarium d'élevage moyen 100 x 60 x 50 cm et était équipé de deux lampes fluorescentes de 40 W et un foyer de 60 W qui a illuminé une racine à une distance d'environ 20 cm. De plus,, les juvéniles ont été irradiés plusieurs fois par semaine pendant 1-2 heures avec une lampe Osram Ultra Vitalux.

Le verre du terrarium a été remplacé par une grille afin que les rayons UV ne soient pas filtrés et la lampe a été placée à quelques 50 cm devant ténarium. Les jeunes animaux ont réagi immédiatement aux radiations. Ils ont tendu la main et se sont accrochés au filet pour se rapprocher le plus possible de la source de rayonnement.. quand ils en avaient assez, ils se sont progressivement retirés dans leurs cachettes.

En plus de la racine mentionnée, une petite roche artificielle des magasins et une pile de feuilles de liège compressées disposées de manière à ce qu'il y ait suffisamment d'indentations à cacher ont été utilisées comme meubles. Les parois arrière et latérales sont recouvertes de panneaux de liège décoratifs, ce qui permettait aux animaux d'escalader un peu les murs, bien que les petits soient déjà assez maladroits lors de l'escalade de surfaces verticales. J'ai d'abord choisi du sable de quartz comme substrat, mais après avoir discuté avec deux terrariums j'ai décidé de n'utiliser que des chiffons en cellulose (torchons de cuisine), comme ils l'ont tous deux rapporté pour leur expérience des pièges mortels chez les jeunes Uromastyx Oui Sauromalus, qui s'était produit en raison d'un colmatage à la suite d'une ingestion massive de sable.

nourrir la petite fille Chuckwalla épineux n'a causé aucun problème. Dès le premier jour dans le terrarium d'élevage, ils ont mangé toute la nourriture végétale qui leur était offerte.. L'alimentation était similaire à celle des adultes.. Dès le début., de petits grillons étaient offerts, chenilles de teigne de cire et cafards pour l'intérêt, mais les chuckwallas les ont ignorés. Au jour d'aujourd'hui, ils n'acceptent pas les aliments d'origine animale.

En décembre, les petits chuckwallas ont fait l'objet d'une “mini-hibernation” trois semaines avec lumières éteintes et température ambiante (Quelques 20 C).

A quatre mois, J'ai déplacé les jeunes animaux dans un terrarium plus grand (150 x 70 x 100 cm). Jusqu'à présent, aucune interaction entre les animaux n'a été observée., à part des hochements de tête mutuels occasionnels. Cependant, un jeune homme en retard de croissance. Ce n'est que trop tard que j'ai réalisé que je ne mangeais pas assez. quand je l'ai divisé, il refusait déjà de manger et est mort peu après à cinq mois. Après neuf mois, il y a eu deux autres pertes. L'un était apathique et séparé. Même s'il continuait à manger, mort après quelques jours. Le même jour, un autre animal du groupe est mort sans aucun signe antérieur de maladie. L'autopsie a révélé une infestation massive de salmonelles chez les deux animaux comme cause probable.. Les écouvillons des autres animaux ont montré les mêmes résultats., et un antibiogramme a révélé la sensibilité des micro-organismes au Baytril. traitement avec Baytril a été réalisée avec succès sous contrôle vétérinaire.

Acheter un "Chuckwalla épineux"

Lors de l'achat d'un reptile avec ces caractéristiques, il est obligatoire de s'assurer que le magasin où il est vendu est certifié et dispose des permis nécessaires conformément à la loi afin que vous n'ayez aucun type de problème., s'il est conforme et en règle, vous vous assurez d'acheter un animal qui n'est pas en danger d'extinction puisqu'il provient sûrement d'élevages spécialisés pour la vente de cette espèce particulière.

S'il vous plaît soyez conscient et n'achetez en aucun cas des animaux dans des magasins clandestins illégalement ou sur le marché noir.. Puisque vous favorisez la disparition des espèces en danger d'extinction.

Vidéos "Chuckwalla épineux"

Noms alternatifs:

    1. Angel Island chuckwalla, Spiny chuckwalla (Anglais).
    2. Chuckwalla épineux (français).
    3. Angel Island Chuckwalla, Stachelige Chuckwalla (Allemand).
    4. Chuckwalla espinhosa, Angel island chuckwalla, Ilha dos Anjos chuckwalla (Portugais).
    5. "Iguana espinosa", Chacahuala de la Isla Angel de la Guarda (espagnol).
4/5 (1 Vote)

Leave a Comment